Accueil » Société » Manifestation » Le Pont de Cheviré bloqué par les agriculteurs à partir de ce mardi soir à Nantes

Le Pont de Cheviré bloqué par les agriculteurs à partir de ce mardi soir à Nantes

Soutenez notre travail bénévole en partageant l'article

À partir de ce soir, une partie du périphérique nantais est bloquée, plus précisément le Pont de Cheviré à l’ouest de Nantes, à l’initiative de la FNSEA et des JA 44 qui ont appelé à un blocage à partir de ce 30 janvier et “jusqu’à une durée indéterminée”.

Le pont de cheviré, périphérique nantes, bouchon
Le Pont de Cheviré depuis le périphérique | Image illustration (T.L. - INF Nantes)

La circulation à Nantes s’annonce très perturbée ce mercredi 31 janvier. Selon un communiqué de la FNSEA et des Jeunes agriculteurs de Loire-Atlantique, qui indiquent qu’ils souhaite “maintenir la pression sur le gouvernement et poursuivent les actions en Loire-Atlantique“. Des tracteurs venant du nord et du sud de la Loire vont se rejoindre sur le pont de Cheviré et le bloquer à partir de 22h ce mardi soir.

Suivez INF Nantes sur X (Ex-Twitter) pour vous tenir informé des dernières informations en temps réel. Cliquez ICI pour vous abonnez à notre compte.

La FNSEA 44 précise dans son communiqué qu’elle appelle au blocage pour une durée indéterminée : “ce soir, mardi 30 janvier, jusqu’à une durée indéterminée.”

 

La centrale d'achat de Leclerc bloquée par la Confédération Paysanne

Dans le département, les agriculteurs, sous l’égide de la Confédération Paysanne, du “Civam 44, le Gab44 et des sympathisants”, bloque une centrale d’achat de Leclerc à Saint-Étienne-de-Montluc précise le syndicat agricole dans un communiqué. La centrale d’achat du groupe livre 49 des magasins en Bretagne et des Pays de la Loire : “Nous livrons 60% des produits vendus dans les magasins E.Leclerc“, précise leur site web.

La Confédération Paysanne précise que l’objectif est de faire pression sur le gouvernement et la grande distribution, afin que la loi Egalim soit respectée. Le syndicat demande également que le prix des produits payés aux paysans et paysannes soit indexé sur leur coût de production, ainsi que “l’engagement des 20% d’alimentation bio dans la restauration collective doit être respecté“. Enfin, le collectif demande l’abandon des accords commerciaux de libre-échange.

Le syndicat indique que la mobilisation des agriculteurs va durer plusieurs jours et appelle ses soutiens à les rejoindre.

Découvrez l’actualité locale et nationale sur notre site Web et en direct notre sur notre Twitter

Jusqu'au mercredi 6 mars inclus, la fréquence de publication d'articles sur le site web est fortement réduite en raison d'une opération de maintenance et de transfert des données vers un autre serveur.