Accueil » INF Nantes » Maire de Vertou agressé : deux suspects interpellés

Maire de Vertou agressé : deux suspects interpellés

Soutenez notre travail bénévole en partageant l'article

Après son agression dimanche après-midi par des gens du voyage, le maire de Vertou a décidé de porter plainte. La préfecture annonce que ses agresseurs ont été interpellé ce matin

Camion de la police nationale devant la préfecture | @Nantesinfo44
Camion de la police nationale devant la préfecture | @Nantesinfo44

Le maire de Vertou agressé

Dimanche, 16H30 Rodolphe Amailland, maire de Vertou (DVD) se fait agresser par des gens du voyage et pousser dans un fossé, alors qu’il tentait d’empêcher l’installation de 200 caravanes sur un terrain de sa commune. Malgré la violence, l’élu s’en tire sans blessure grave, mais il dénonce dans une lettre ouverte le quotidien de maire et la violence autour : interpellations à tout moment, courriers et courriels anonymes mais également les insultes et menaces de mort. Il a décidé de porter plainte contre ces agresseurs.

La préfecture annonce 2 interpellations

Ce matin dans un tweet, la préfecture de Loire-Atlantique a annoncé l’interpellation de 2 suspects, potentiellement impliqué dans l’agression du maire. La gendarmerie est intervenu, accompagné de Pascal Otheguy, le sous-préfet de l’arrondissement de Nantes.

Une montée de la violence et des menaces envers les élus en Loire-Atlantique

Après Yannick Morez, le maire de Saint-Brévin qui a démissionné suite à l’incendie de ses véhicules et de violents manifestation contre un centre d’accueil de demandeurs d’asile, et les menaces contre Franck Louvrier, maire de la Baulece nouvel incident montre la montée de la violence et des menaces envers les élus en Loire-Atlantique ces dernières semaines. Le manque de soutien de l’état est dénoncé, comme à Saint-Brévin où l’ex-maire a reproché au préfet le manque de soutien après les agressions dont il a été victime.

À la Baule, l’installation de plusieurs dizaines de caravanes gens du voyage a mis en colère le maire, Franck Louvrier qui demande à l’état de trouver rapidement des solutions efficaces face à “de telle méthode illégale”.

Jusqu'au 2 mars inclus, la fréquence de publication d'articles sur le site web est fortement réduite en raison d'une opération de maintenance et de transfert des données vers un autre serveur.