Accueil » Société » Manifestation » Paris : Que s’est-il réellement passé pour qu’un policier sorte son arme durant la manifestation ?

Paris : Que s’est-il réellement passé pour qu’un policier sorte son arme durant la manifestation ?

Soutenez notre travail bénévole en partageant l'article

Ce samedi 23 septembre avait lieu la marche contre les violences policières à Paris et en province. Durant la manifestation, une séquence devenue virale montre un policier sortir son arme après que son véhicule ait été pris à partie de façon violente par une vingtaine d’individus. Mais que s’est-il passé pour en arriver là ? Décryptage d’une scène devenue virale.

Un policier a sorti son arme après avoir vu son véhicule attaqué par plusieurs dizaines d'individus | Capture d'écran Twitter - @LinePress_Off
Un policier a sorti son arme après avoir vu son véhicule attaqué par plusieurs dizaines d'individus | Capture d'écran Twitter - @LinePress_Off

La manifestation contre “le racisme systémique et les violences policières, pour la justice sociale” a réuni 9 000 personnes à Paris selon la préfecture et 15 000 selon les organisateurs. En marge de la marche, plusieurs incidents ont eu lieu, dont l’attaque d’une banque de la Caisse d’Épargne par le “black bloc“, un cortège constitué de centaines de personnes principalement habillées en noir et cagoulées qui s’est constitué devant celui des collectifs. Un autre incident, qui a créé la polémique sur les réseaux sociaux montre une voiture de police attaquée par le black bloc et où un des policiers a dégainé son arme face aux individus violents.

Un contrôle qui a dérapé

Tout démarre suite à un contrôle de police à proximité de la manifestation, à 16H30 dans le 9ᵉ arrondissement. Sur une vidéo du média Line Press, on voit 3 policiers qui contrôlent un individu. Autour des policiers, on remarque la présence de plusieurs personnes habillées en noir et le visage masqué qui scandent “Lâchez le”. Après avoir fini le contrôle et laissé repartir l’individu, les policiers retournent dans leur véhicule. C’est à ce moment-là que les tensions s’exacerbent, le véhicule est la cible de plusieurs projectiles. Le véhicule redémarre, et plusieurs individus courent en direction de celui-ci et commencent à le frapper avec divers objets.

Après avoir réussi à se frayer un chemin et s’extirper de la foule, le véhicule de police est de nouveau pris à partie quelques secondes plus tard. Des individus vont alors attaquer le véhicule, en lui donnant des coups de pied, de barre de fer et avec divers projectiles. L’arrière du véhicule et la lunette arrière vont être fracturés. Un policier va alors sortir du côté droit du véhicule avec son arme dans la main, en disant “Recule, Oust Oust, Oust“. Il va ensuite dire “Bougez, Bouge“, avant de repartir dans son véhicule qui va partir dans la précipitation, et où le policier va voir sa jambe se faire trainer en dehors du véhicule.

Le véhicule va repartir, mais va être à nouveau la cible de projectiles, avec un casque lancé qui va ouvrir la trappe à essence, mais également de nombreux coups de pied et barre de fer. Un panneau publicitaire va être lancé sur le véhicule avant qu’un individu masqué et habillé en noir va l’attaquer durant plusieurs secondes avec une barre en fer. A la fin de la séquence, on voit les membres du black bloc fuir, voyant la BRAV (Brigade de répression de l’action violente) arriver pour protéger le véhicule.

3 policiers blessés

Selon BFMTV, 3 policiers présents dans le véhicule auraient été blessés. Laurent Nunez, préfet de police de Paris précise sur la chaîne d’information que l’équipage de police effectuait des missions de sécurisation “C’est la coupe du monde de Rugby, nous avons des effectifs partout dans Paris“. Gérald Darmanin, lui a condamné les violences : “La « manifestation » parisienne a connu des violences inacceptables contre les forces de l’ordre”. On voit où mène la haine anti-police.” 3 personnes impliquées auraient déjà été interpellées.

Découvrez l’actualité locale et nationale sur notre site Web et en direct notre sur notre Twitter