Accueil » INF Nantes » Vivre à Nantes » Une procédure d’interdiction lancée par le préfet contre le concert de Freeze Corleone à Nantes prévu le 28 février

Une procédure d’interdiction lancée par le préfet contre le concert de Freeze Corleone à Nantes prévu le 28 février

Soutenez notre travail bénévole en partageant l'article

INFORMATION INF Nantes. Le préfet de la Loire-Atlantique a lancé une procédure d’interdiction du concert de Freeze Corleone prévu le 28 février au Zénith de Nantes.

Freeze Corleone dans son clip Shavkat | Capture d'écran Youtube
Freeze Corleone dans son clip Shavkat | Capture d'écran Youtube

Selon la préfecture de Loire-Atlantique contactée par INF Nantes, le préfet de Loire-Atlantique, Fabrice Rigoulet-Roze, a engagé une procédure d’interdiction du concert de Freeze Corleone prévu le 28 février au Zénith de Nantes Métropole, situé à Saint-Herblain. Une procédure d’interdiction motivée par “des références antisémites et un appel à la haine dans ses chansons, ainsi que les risques de troubles à l’ordre public associés“, nous indique la préfecture à propos de Freeze Corleone. Elle ajoute également qu’une procédure contradictoire a été lancée auprès de la société de production, avant la prise d’un arrêté d’interdiction. On ne sait pour l’instant pas précisément quand l’arrêté d’interdiction sera pris, étant donné que la contradictoire est en cours nous précise la préfecture.

Le 1er décembre dernier, le préfet avait déjà interdit le concert du rappeur à Nantes, décision validée par le tribunal administratif, ce qui fait que le concert n’avait pas eu lieu et avait été reporté au 28 février.

Les premières réactions

Alexandra Jacquet, conseillère municipale à Saint-Herblain et qui avait été l’une des premières à dénoncer les propos du rappeur et sa venue au Zénith de Nantes le 1er décembre, a déclaré : “J’ai vu que les derniers propos de Freeze Corleone allaient faire l’objet d’une enquête pour apologie du terrorisme. Je suis contente que le préfet engage cette procédure d’interdiction, et j’espère que le maire de Saint-Herblain et Johanna Rolland vont appuyer l’interdiction du concert.

Laurence Garnier, sénatrice Les Républicains de Nantes, a appris cette interdiction et nous indique : “Dans le contexte de l’explosion des actes antisémites en France et le jour du triste anniversaire de la mort d’Ilan Halimi, mis à mort par des barbares antisémites, l’interdiction du concert de Freeze Corleone est une décision du Préfet que je salue évidemment. Dès le mois de septembre, j’avais alerté le Préfet et la Maire de Nantes sur la tenue de ces concerts, en leur demandant d’étudier toutes les possibilités permettant d’empêcher ce concert. Il n’est pas le bienvenu à Nantes, ni ailleurs en France. La liberté d’expression n’autorise pas tout.

De son côté, le candidat aux élections municipales à Nantes, Foulques Chombart de Lauwe, a réagi sur X (Anciennement Twitter) : “Heureux de voir qu’aucune saisine n’a été nécessaire cette fois-ci pour interdire l’inacceptable à Nantes.

Le rappeur au cœur d'une nouvelle polémique

En plus des propos considérés comme des appels à la haine et antisémites, Freeze Corleone s’est également attaqué au ministre de l’Intérieur avec son titre “Shavkat” : «Je préfère être accusé d’antisémitisme que de viol comme Darmanin». Il est souvent attaqué par la Licra (La Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme), qui dénonce le caractère antisémite de certaines paroles du rappeur.

Mais la dernière polémique date du vendredi 9 février avec la sortie du titre “Haaland“, où Freeze Corleone apparaît dans la musique du rappeur allemand Luciano. Dans ce son, il ferait référence à l’attentat de Nice du 14 juillet 2016, sur la promenade des Anglais : “En défense j’suis Kalidou, t’es Lenglet. Burberry comme un grand-père anglais. J’arrive dans l’rap comme un camion qui bombarde à fond sur la…” Même si le mot “Promenade des Anglais” n’est pas prononcé, de nombreux élus ont fait le lien avec l’attentat de Nice, avec un camion conduit par un terroriste ayant tué 86 personnes. De nombreux élus, dont Eric Ciotti et Christian Estrosi, ont été indignés par ces propos, et un signalement a été fait auprès du procureur de la République. Selon FranceInfo, le parquet de Nice a ouvert une enquête pour “apologie du terrorisme” après les propos de Freeze Corleone.

De son côté, l’équipe du rappeur a annoncé porter plainte pour diffamation contre Christian Estrosi et Eric Ciotti, et dénonce des “paroles ajoutées” à un couplet de l’artiste.

Découvrez l’actualité locale et nationale sur notre site Web et en direct notre sur notre Twitter

Jusqu'au 2 mars inclus, la fréquence de publication d'articles sur le site web est fortement réduite en raison d'une opération de maintenance et de transfert des données vers un autre serveur.